Types-de-croyants

Les 5 types de croyants catholiques

Catholique de nom, non pratiquant :

Référence à une culture ou une tradition familiale, aucune connaissance réelle de la foi catholique, aucune pratique consciente ou volontaire.

Croyant non pratiquant :

Affirme une foi en Dieu, un attachement à la tradition catholique, aucune pratique consciente ou volontaire, mélange d’éléments de foi avec des superstitions.

Pratiquant :

Affirmation de la foi catholique, pratique des rites, attachement à une paroisse et à la communion des croyants.
On peut distinguer deux types de croyants pratiquants :

  • “Croyants passifs” qui vivent leur foi an suivant le schéma classique de l’Église catholique.
  • “Croyants actifs” qui vivent leur foi en la nourrissant, en la questionnant, en la confrontant, en ayant une pratique spirituelle personnelle souvent au travers de groupes d’études, de rencontres de types “Parcours Alpha” par exemples.

Renouveau charismatique :

Pratiquant catholique ayant fait l’expérience du “baptême dans le  Saint Esprit” (l’exercice du parler en langues et des dons spirituels sont considérés comme normaux mais non obligatoires, l’Esprit distribuant ses dons comme Il veut).

Très souvent rattaché ou membre de groupes de prières ou de communautés organisées. Ces croyants n’ont pas senti d’incompatibilité au fait de rester au sein de l’Église catholique, et  y ont apporté un renouveau, une vitalité, un souffle nouveau.

Le pape Paul VI a dit en 1975 que “le Renouveau Charismatique est une chance pour l’Église et pour le monde”. Dans la majorité des cas ils ne se distancient pas du catholicisme “officiel” mais dans leur vie de foi, ils mettent l’accent sur l’intimité de la relation à Dieu, la vie de l’Esprit en eux, de l’amour de la Parole de Dieu et des frères.

Traditionalistes :

Croyants très pratiquants, militant pour une forme du catholicisme traditionnelle. Très attachés à la tradition de l’Église d’avant Vatican II (1962-1965), ils sont adeptes du rite “romain ancien” dit rite “Tridentin” issu du concile de Trente (1545-1563) avec la liturgie en latin. Ils sont opposés au courant réformateur ou progressiste de l’Église Catholique. Ils font partie de communautés très actives et très conservatrices.

fringilla nec diam dolor et, vel, elementum id quis, adipiscing nunc