questions_reponses_remarques

Jésus a souvent utilisé une question pour se connecter avec les autres.

« Jésus entra de nouveau dans la synagogue. Il s’y trouvait un homme qui avait la main paralysée.
Ils observaient Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat : c’était afin de pouvoir l’accuser.
Jésus dit à l’homme qui avait la main paralysée : « Lève-toi, là au milieu ».
Puis il leur dit : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une personne ou de la tuer ? » Marc 3/1-4

Une femme samaritaine vint pour puiser de l’eau. Jésus s’adressa à elle :
“S’il te plaît, donne-moi à boire un peu d’eau”.
(Ses disciples étaient allés à la ville pour acheter de quoi manger.)
La Samaritaine s’exclama :
“Comment ? Tu es Juif et tu me demandes à boire, à moi qui suis Samaritaine ?”
(Les Juifs, en effet, évitaient toutes relations avec les Samaritains.) Jean 4/7-9

Les questions qui seront posées vous permettent de comprendre et connaître la personne avec qui il partage.

Elles éclairent les sujets ou thèmes où cette personne n’a pas encore cherché. Ces questions sont essentielles. 

Les questions favorisent de nouvelles connexions et donc, un processus interactif fait de questions, de réponses, de relances pour faire préciser ou expliquer un point de vue.

Question et empathie

L’un des enjeux du chrétien témoin, c’est de rejoindre la personne dans ce qu’elle vit sans toutefois adhérer à sa vision. Avec trop de distance, je perds la relation de confiance, avec trop de sympathie je perds mon discernement spirituel.

Au final, l’empathie bien dosée permet de créer une “distance” adaptée pour maintenir le partage.

Question pertinente

Les “questions pertinentes”, ce sont les questions qui touchent au cœur, qui provoquent chez votre interlocuteur un déclic, un changement majeur, une ouverture d’esprit. C’est en grande partie, l’effet que les chrétiens témoins devraient produire sur les non-chrétiens avec qui ils partagent.

Les questions pertinentes le sont surtout par leur effet sur les personnes et le processus de témoignage.

Ces questions pertinentes permettent d’ouvrir des espaces favorables à un partage encore plus fructueux.

Un chrétien témoin ne se promène pas avec son arsenal de questions “à effet boum !”, questions en boîtes, prêtes à l’emploi et universellement efficaces.

Mal posée, au mauvais moment, la meilleure des questions peut tomber à plat. À l’inverse, une question en apparence simple peut changer le cours des choses si elle est posée au bon moment à la bonne personne.

Tout est affaire de sensibilité et de réactivité.

L’impact de la question, si intelligente soit-elle, dépend de nombreux paramètres :

Le moment
La personne est-elle prête à l’entendre, dans son cheminement global, et ici et maintenant ?
Est-ce maintenant qu’elle va permettre une ouverture pour un changement ?

La relation
La relation de confiance est-elle bonne, donne-t-elle un cadre favorable à cette question ?

La préparation
La question a-t-elle été amenée ou est-elle lancée comme ça, dans l’impatience du chrétien témoin qui sait (pense) que c’est la bonne question qui va tout changer ?

La forme
Le dosage est-il bon entre le désir de parler et l’écoute, pour attirer l’attention de la personne ?

La résonance
La question touche-t-elle la dimension émotionnelle de la personne, ou seulement son mental ?
Elle sera plus pertinente si elle touche l’être tout entier à travers son cœur, siège des émotions.

Le silence
Une question attend une réponse, cette réponse peut venir dans l’instant ou prendre son temps, c’est le moment ou jamais pour le chrétien témoin de se taire et de laisser venir ce qui émerge. Sans pour autant provoquer une réponse immédiate, sans quoi la personne peut se déconnecter de son introspection et se fermer au partage.

Proposition de définition d’une question pertinente

Question qui amène l’interlocuteur, en un éclair, à une vision réelle de sa situation spirituelle, et lui permet d’amorcer un processus de remise en question.

Ce type de question touche la personne au plus profond de son être et l’amène à la réflexion sur sa condition morale et spirituelle.

La sensibilité au Saint-Esprit, capable d’inspiration au moment important, est essentielle pour formuler la question pertinente. La préparation dans la prière sera une aide précieuse pour exercer cette sensibilité.

sed elit. mattis adipiscing pulvinar ante. vel, mi, elementum